Jacqueline et son équipe

Jacqueline Fattier est une énergique, une créative. Dans sa tête affairée, les idées fusent. « J'ai 1000 idées à l'heure, alors j'essaie d'en concrétiser un maximum ! »

  • Le savoir faire

    de ses chefs

Après avoir remporté le titre de championne de France cadette de ski de fond, Jacqueline devient monitrice de cette discipline olympique. De ces années sportives, elle gardera le goût de l'effort, l'esprit de compétition, et l'envie de relever des défis, de se surpasser.

En parallèle, cette fille d'hôteliers basés à Servoz, apprend aux côtés de ses parents. « J'ai grandi sur le lieu de travail de mes parents. On vivait avec les clients. Forcément, ça permet de prendre des habitudes de travail » explique la chef des Petits Gourmands, sourire aux lèvres. Elle suit, naturellement, une formation dans la restauration. Ce métier de service correspond parfaitement à son envie de faire plaisir aux gens, à son besoin de contacts humains. « J'aime être serviable. »

Une belle année

Lorsqu'elle rencontre Jean-Philippe, pâtissier qui deviendra son mari, l'opportunité de créer sa propre affaire est trop belle. Ils se lancent dans l'aventure en 1987.

Et Jacqueline Fattier trouve un nouveau moteur, un nouveau défi. « Je m'éclate au boulot. J'adore me nourrir au contact des gens. Je suis captive : quand je vois quelque chose, j'imagine toujours comment le transformer à l’avantage de ma boutique… »

Son coup de cœur

Le 4810 : c'est son bébé... Une année a été nécessaire pour créer le design du chocolat, sa recette, le packaging... Elle souhaitait créer un chocolat original, un souvenir à déguster...






Le Labo

  • David MARANDET

    David MARANDET

    Chef patissier
    compagnon pâtissier

    Après un apprentissage à Belgarde-sur-Valserine, David Marandet devient compagnon pâtissier pendant dix ans. Outre l'apprentissage des métiers de la chocolaterie, de la pâtisserie, de la confiserie et de la glacerie, cette intense formation lui permet de voyager dans plusieurs villes françaises, belges ou canadiennes. Sa formation lui a appris les valeurs du travail, l’exigence, le respect de ses collaborateurs ainsi que les bases des recettes qu'il prend plaisir aujourd'hui à revisiter.

    Il parfait ensuite sa formation, entre 2000 et 2004, aux Petits Gourmands avant d'assumer le poste de chef pâtissier à Metz auprès de Claude Bourguigon. En mars 2013, motivé par un nouveau challenge après neuf ans passés en Lorraine, il revient à ses premiers amours : Chamonix et les Petits Gourmands. En plus du défi de se renouveler dans un nouveau magasin, c'est l'envie de travailler les produits de montagne qui l'incite à réitérer l'expérience « Vallée de Chamonix ».

     

    "Dans ce métier, les goûts de la clientèle évoluent, c'est un métier dans lequel la remise en question est quasi journalière, et c'est ce qui me plaît. Aujourd'hui, la tendance va vers des gâteaux moins sucrés, vers ce que l'on appelle la « pâtisserie raisonnée ». On utilise également moins de mousse dans les gâteaux

     

    mais plus de textures différentes : croustillant, fondant, croquant, moelleux…" explique le Chef. Au "labo", deux ou trois gâteaux par semaine sont créés ou revisités par son équipe. Les bases des recettes sont des armes sucrées pour donner libre cours à sa créativité !

    Ses produits préférés :

    le caramel et la crème brulée

  • David BONNAUDET

    David BONNAUDET

    Chef pâtissier (entremets, petits gâteaux, macarons)

    Après sa formation en apprentissage traditionnel à la Roche-sur-Yon en Vendée, d'où il est originaire, les saisons en montagne (la Plagne, Megève, Avoriaz) se succèdent. Il raconte avoir toujours voulu exercer ce métier.

    Naturellement, il débarque à Chamonix en 1991. Il commence par deux saisons chez Fleury avant d'intégrer les Petits Gourmands au côté de Jean-Philippe. À cette époque là, seulement deux pâtissiers s'activent en cuisine. Bien que pilier de la confection des gâteaux, il assure que la routine n'a jamais eu le temps de s'installer : les défis ont été nombreux

    depuis le petit magasin de la rue du Lyret. D'agrandissement en nouveau magasin, il a su intégrer l'évolution du métier, des goûts et du matériel à sa pratique. "Les grands chefs ont fait évoluer la pâtisserie, c'est devenu un art à part entière, ce n'est plus le parent pauvre de la cuisine" explique le chef pâtissier.

     

    Aux Petits Gourmands, il apprécie l'attention portée à la qualité des produits. "On travaille un maximum avec des produits de proche provenance : myrtilles, bourgeons de sapin, noix du terroir,

     

    farine de la région Rhône Alpes, moulinée à Annecy, beurre du lycée agricole de la Roche-sur-Foron, marron de Turin, noisettes du Piémont…

     

    Sa spécialité :

    « Je prend plaisir à faire tout ce que l'on propose, mais j'aime particulièrement faire les macarons. Cela demande du doigté, on est jamais sûr du résultat tant qu'on ne les a pas sorti du four. Cette petite appréhension est le défi du pâtissier... »

  • Jean ROTHDIENER

    Jean ROTHDIENER

    Jean Rothdiener, chef viennois, est originaire de Paris. En 2005, il arrive dans la vallée de Chamonix, un peu par hasard.

    S'il apprécie son travail aux Petits Gourmands, c'est surtout parce qu'il aime travailler des matières premières de qualité. « Un croissant avec du bon beurre, ça se ressent et c'est plus agréable à travailler. »

    S'il apprécie son travail aux Petits Gourmands, c'est surtout parce qu'il aime travailler des matières premières de qualité. «Un croissant avec du bon beurre, ça se ressent et c'est plus

    agréable à travailler.» La viennoiserie, c'est assez classique, puisque les amateurs sont habitués à des goûts bien précis. Mais un bon croissant, même s'il reste un croissant, est un bonheur indescriptible.

     

    Des pâtes, il en existe tout un tas : pâte à croissant pour la viennoiserie du même nom, les pains au chocolat ou les pâtes d'ours, pâte à brioche, feuilletage pour les chaussons et les galettes, pâte sucrée pour les fonds de tarte, feuilletage inversé (la pâte est incorporée dans le beurre lui conférant un goût bien

     

    meilleur et se rétractant moins à la cuisson), pâte à cookies et à sablés. Il s'occupe également du fonçage. Pour cela, il travaille en étroite collaboration avec les pâtissiers pour qui il prépare les pâtes sucrées.

     

    Ce qu'il préfère :

    « J'adore faire les croissants, ce n'est pas aussi simple que l'on croit ! »

  • Masahiko YAHATA

    Masahiko YAHATA

    Masahiko YAHATA est le chef cuisinier. Originaire du Japon où son papa est traiteur, il arrive en France en 2007. Pour le salon de thé, il propose depuis l'été 2010 une petite restauration simple et bonne. « Je m'intéresse à la cuisine française depuis mon enfance. J'ai lu beaucoup de livres car il n'y a pas de

    restaurants français au Japon. Dans mon pays, j'ai appris les bases de la cuisine orientale et occidentale puis j'ai décidé de venir en France » raconte celui qu'on appelle Massa. Pour apprendre notre langue, il avait déjà passé six mois à Chambéry en 2004 où il découvre la cuisine de Rhône-Alpes qu'il apprécie particulièrement.







La vente



Marie-Josée

19 ans de maison
coup cour chocolat : 4810
coup de cœur pâtisserie : Le Trio (trois chocolat)

Suzanne

14 ans de maison
coup de cœur chocolat : Balme
coup de cœur pâtisserie : Le Framboisine

 

Sandrine, Florence, Nathalie, Aurélie, Patricia, Stéphanie

mention légale - réalisation 2013 - cybergraph chamonix